Moi qui suis pauvre...


Equilibrium de Kurt Wimmer, avec Christian Bale, Sean Bean et Emily Watson - 2002.

Ne vous moquez pas, amis bilingues, diplômés de littérature, amateurs de culture et de confitures. J'avoue : c'est parce que j'ai entendu cette phrase dans un film de science-fiction américain que j'ai eu envie de lire William Butler Yeats. Qu'importe l'occasion pourvu qu'on soit livresseque. Dans un monde totalitaire (futuriste mais pas si futur), l'art sous toutes ses formes est prohibé et ressentir une émotion est un crime puni par la loi. L'écclésiaste John Preston est chargé de détruire toutes les oeuvres d'art et d'arrêter ceux qui résistent aux règles. Dans une une scène mémorable, Preston rejoint son collaborateur "déviant". Partridge attend son chef avec un livre de William Yeats à la main. Preston lève son arme, Partridge cite le poète irlandais.


"Je suis pauvre et n’ai que mes rêves

Sous tes pas je les ai déroulés

Marche doucement car tu marches sur mes rêves."


Preston tue Partridge mais lit le livre. Le monde ne sera plus jamais pareil.

© 2018 by catherine etchepare 

  • w-facebook
  • Twitter Clean