Arrière-saison

J’ai vu revenir ma jeunesse

et j’ai couru vers elle

car il fallait que je renaisse

le désir me donnait des ailes

dans ma saison à contretemps 

je suis telle qu’à mes vingt ans

le désir de vivre est soudain

je jette au dessus des moulins

ma vieille robe et mes souliers

je laisse mon corps se brûler

au soleil tombant, je me noie 

dans cette vague qui tournoie

qui me soulève, m’étourdit 

me ramène à l'espoir enfui

je vois au loin, le jour se lève

le feu irradie sur ma peau

et le fruit se gonfle de sève 

sur mes lèvres viennent à propos

des mots d’amour et de tendresse

je reçois le monde en cadeau

la vie enfin tient sa promesse

et me redonne les années

que j’ai perdues en solitude

en chagrins, en incertitudes

et tous ces cris que je retiens

je vais les laisser s’échapper 

en soupirs, en rires, en baisers

et les déposer dans ta main

2019