Ombre de vie

Il est vrai que je suis désormais si ténue

si vieille et amaigrie 

qu’on ne voit plus de moi qu’un souvenir têtu

et l’ombre d’une vie

 

J’imaginais l’avoir parcourue d’une traite

avoir marché plus vite

mais je n’étais pourtant ni gaie ni satisfaite

seulement interdite

 

Car tout était écrit dès le petit matin

les défaites, les joies

tout était décrété, un avenir certain

je n’aurais pas le choix

 

Aux premiers jours déjà il y avait le néant 

le silence, la peur

et devant moi toujours un abîme béant

le vide, la douleur

 

Il y aurait partout des murmures indistincts

qui me tourmenteraient

je ne saurais jamais où allait ce chemin

ni où il commençait

 

Je n’aurais pas assez de rires et de soleil

pas assez de chaleur

j’aurais trop de nuits blanches et de mauvais réveils

pas assez de douceur

 

Il est vrai que pour moi tout est arrivé tard

quand je n’espérais plus

que les derniers adieux et le prochain départ

dont l'heure était venue

J’ai longtemps été jeune et j’ai tant attendu

qu’on ne sait plus de moi qu’un souvenir perdu.

2020

© 2018 by catherine etchepare 

  • w-facebook
  • Twitter Clean