Je ne sais pas

me tenir cachée

à l’ombre des jardins

m’épanouir au soir 

m’ouvrir tard 

comme le jasmin

attendre la nuit 

pour respirer 

pour être en vie

 

Je ne crois pas 

que je pourrais

me consoler de toi

me faire une raison

regarder passer

l’eau sous le pont

me déprendre 

avoir enfin le choix 

et pouvoir en finir

Je devrai emprunter

ce sentier trop étroit

passer la haie

un instant rajeunie

ma robe égratignée 

aux buissons

d’aubépine rougie

puis après la saison

défleurir

 

Je viendrai à languir

à me bercer de toi

entre deux rêves

m’assoupir

m’enfuir de toi

faire une trêve

m’étioler

te laisser t'en aller

dépérir

Tu ne veux pas

me tenir enfermée

avec tes souvenirs

pourtant tu le feras

un jour, demain

bientôt

un long chagrin

entre deux mots

qui vont sans dire

Emptiness

2019

© 2018 by catherine etchepare 

  • w-facebook
  • Twitter Clean