La nuit des temps

Nous avons dormi 

allongés immobiles

entre les draps du temps

toi tout contre mon coeur 

mon amoureux absent

moi retenue ailleurs 

dans cette brume hostile

nous avons partagé

nos songes, nos émois 

Se sont ils élancés

au moment de l’aurore

nous ont-ils séparés ?

j’avais à mon réveil des larmes

au bord des yeux chaque matin

est-ce d’avoir lâché ta main

d’avoir laissé s’enfuir un mot

une pensée qui t’était destinée ?

Et toi, saisi par le sommeil  

cherchais-tu à m’entendre

voulais-tu me parler encore

de ce qui te venait aux lèvres

un petit secret, un je t’aime

peut-être un anathème

ou l’envie d’un baiser ?

Je t’ai perdu parfois

et souvent tu m’as oubliée

il fallait trouver le repos 

entre les improbables rêves

et les indicibles alarmes

pour qu’après cette longue nuit

nous puissions marcher au soleil

2019