Les Madames

Madame de Lafayette

Pendant que mon mari affrète 

un navire pour partir en guerre

la nuit l'ennui me guette

dans mon lit j'écris et je jette

des bouteilles d'amour à la mer

Dans mon premier récit

je suis Marie de Clèves

A la cour du bon roi Henri

j’ai rencontré l’amour

d’un vieux prince marri

quand le duc de Nemours

pour m’avoir toute à lui

vint tripoter ma fraise 

Est-ce qu’il s’imaginait

ce prince des balourds

que je serais Hélène

pour pouvoir être reine ?

J’épousais mon promis

plutôt que le Pâris

qui s’en montra vexé

et loin de moi s'enfuit

Depuis je suis dolente

je pleure dans mon lit

je gémis je déchante

j’en lasse mon mari 

qui choisit de mourir

de chagrin et d’ennui

en me laissant ses rentes

Belle veuve esseulée

par tous abandonnée

je m'en vais méditer

au fin fond d’un couvent

sur ce triste parcours

et pleurer mon amant

qui n’était pas Nemours

ni l’un de ses parents

Celui pour qui j’en pince

n’étant ni duc ni prince

n’a que peu de bravoure

Si j’attends son retour

alors qu’il est absent

c’est par désoeuvrement

bien plus que par amour

Comme Marie de Clèves, ma jeunesse s’achève