Sentimental chorus

Sur un sourire au coin des yeux

un souvenir au bord des lèvres

sur un long soupir attendu

une caresse retenue

sur le petit frisson de fièvre

qui accompagne tes aveux

 

Je dessine des arabesques

où ton prénom revient en fresque

comme le lancinant refrain 

d’un poème aux vers incertains

 

Sur une chanson romantique

qui ne veut pas dire son nom

une nouvelle dimension

au sein d’une équation quantique

sur une lueur inconstante 

une flânerie hésitante

 

Je brode encore des filigranes

où ton prénom en fil d’ariane

guide ma main sur la navette

comme un refrain qui se répète

 

Sur une larme à fleur de peau

un remords que je garde au chaud

sur une poussière de temps

une fine pluie de printemps

qui tourbillonne tout autour

et remue l’écume des jours

 

J’esquisse des marques éphémères

des empreintes pâles, légères

pour qu’un refrain à fredonner

grave ton prénom dans la craie

Sur un sentiment réciproque

une émotion sans équivoque

sur un désespoir sans regrets

et une douceur sans fierté

sur mon éclatante tristesse 

sur cette aveuglante tendresse
 

Je mets des silhouettes sombres

aux chinoiseries de mes ombres

je calligraphie ton prénom 

au refrain de mes impressions
 

Sur une douleur dérisoire

une nostalgie illusoire

sur une colère soudaine

une désolation lointaine

sur la mélancolie rêveuse

d’une bluette capricieuse

 

Je découpe dans du papier

des contours en lignes brisées

où ton prénom vient se suspendre

à un refrain qu’il faut reprendre
 

Sur une rengaine éternelle

une épuisante ritournelle

sur ce chagrin sans inquiétude

sans conviction, sans certitudes

qui dans ma voix indifférente

s’égrène sans peine apparente

 

J'éparpille sans hésiter

l’alphabet en petits morceaux

et ton prénom n’est plus qu’un mot

un simple refrain sans couplets

Catrin Welz-Stein

© 2018 by catherine etchepare 

  • w-facebook
  • Twitter Clean