af9139c018b33b9fc297cc8ef9e150ca.jpg

Pour mon Isabelle cruelle

Méchante

et pas marrante

Tu dis que je suis plus sexy

quand je suis gaie, quand je souris

moi je ne trouve pas 

j’aime le noir et le bleu sombre

la nostalgie et la pénombre

les bouches en arc brisé, les moues

les yeux cernés, les lignes floues

je n’aime pas l’eau qui pétille

j’abomine les joyeux drilles

les gens heureux comme dit Eddy

toi qui es ma meilleure amie

c'est drôle que tu ne saches pas

que j'adore les coeurs à plat

Tu me reproches mes tristesses

J’aime le blues, c’est ma faiblesse

Et je suis vraiment déprimante

Ou déprimée si ça me chante

Mon amie si chère et si tendre

Garde pour toi tes anathèmes

Quand tout est dit cela me blesse

Je préfère ne pas t’entendre

Si tu n’aimes pas mes poèmes

J’irais planter des chrysanthèmes

Après tout ma vie est à moi

Je peux en faire n’importe quoi

Ou même rien si j’ai le choix

Mon enfer personnel est pavé

De tes bonnes pensées

De tes réprobations discrètes

De tes gentillesses peinées

De tes gracieuses remontrances

"Allons ! Tu n’es pas belle à voir

Au tain de ce vilain miroir

Ne regarde plus ton nombril

Aime réjouis-toi jubile

Ne te retourne pas avance

Il faut sortir de ta retraite

L’hiver fini voici venu l’été

Il est grand temps de t'amuser"

J’aime ma nuit et mes chagrins

J’aime pleurer sur mes coussins

Avoir une vie pas marrante

Me fait me sentir importante

Je fais semblant, je fais comme si

Je fais comme je peux, merci

Je m’étouffe dans mes sanglots

De célibataire alcoolo

J’ai le spleen, la mélancolie

Je confonds l’aigreur et l’ennui

regrets, infortune et dépit

Je me noie dans mon verre d’eau

Je sifflote des lamentos

Je ne suis pas un épigone

d’Iphigénie ou d’Antigone

Coeur en colère, âme violente

Esprit de brouillard et de lune

Quand le feeling du désespoir

File le train à ma mémoire

Je rumine ce qui me hante 

Mon karma d’étoile filante

Accuse regrets et rancunes

Je suis l'austère pharaonne

Du fond d'un désert oublié

Je porte ma peine en couronne

Et mon amour comme un collier

Ma belle rayonnante

A me vouloir vivante

Et charmante à tout prix

Tu me rendrais méchante

Si ma folie t'ennuie

Tant pis

J'en sortirai gagnante

Puisque je me nourris

De nuages et de pluie

Et que j'aime m’étendre

Au sol de mes caveaux

Pour raviver les maux

Qui inspirent mes mots