Gute nacht

L’hiver sera long, rigoureux

toi d’un côté du monde

et moi seul, malheureux

comptant chaque seconde

et cherchant la chaleur

que ta peau sait m’offrir

j’aurai mal, j’aurai froid 

mes yeux gelés de pleurs

ne pourront plus s’ouvrir

A ne pas se poser sur toi

mes mains seront glacées

je brûlerai de fièvre

en tentant de poursuivre 

la buée sur tes lèvres

la formation du givre

sur ton souffle vaincu

J’essaierai de crier

mon espoir ma douleur

mais ma voix éperdue

s’érodera au vent 

Ma solitaire, ma lointaine 

tu me croiras indifférent

à ton exil et à ta peine

tu t’isoleras, ma sévère

dans un abri de glace pure

tu te feras distante, austère

tu rechercheras la froidure

et tes doigts caressants

deviendront secs, cassants

rameaux noirs pris au piège 

de blancs cristaux de neige

endurcis comme des diamants

et désespérant du printemps

La saison pourrait être heureuse

et l’hiver bien plus amoureux

si ton côté du monde 

en parcourant sa ronde 

revenait vers le mien

tous les soirs et chaque matin

2019

© 2018 by catherine etchepare 

  • w-facebook
  • Twitter Clean