smoking.jpg

Reine gitane

J’étais la reine des gitanes

tabac brun à fumer corsé 

enveloppé de vagues bleues

je régnais sur les étagères

des bars-tabacs de ton quartier

 

Ils ont largué mon look tzigane

pour des paquets marron foncé

des images de toux mortelle

de conséquences criminelles

tabac tabou à condamner

J’étais la reine en filigrane

volutes claires et parfumées

membre d’un club de gentlemen

je flirtais avec les pur malt

et avec les cafés serrés

 

Ils espéraient que je me lasse

avant d’augmenter les tarifs

de me reléguer en terrasse

de me respirer sur l’asphalte

avec leurs pauvres airs fautifs

J’étais la reine du Havane

sous sa robe de travelo

il me regardait m’envoler

il aimait mon côté diaphane

mes arabesques, mes saltos

 

Ils ont envoyé un cow-boy

pour occuper mes heures bleues

faire tournoyer mon tango

dans les bras d’un play-boy

sur les pistes de Marlboro

J’étais la reine courtisane

des prolétaires, des cols bleus

plus douce que la silicose

je choyais leur tuberculose

j’étais bon docteur à leurs yeux

ils ont vidé mes cendriers

il n’y a plus que les bluesmen

les amoureux toxicomanes

et de temps en temps les clodos

qui collectionnent mes mégots

Je suis la reine nymphomane

bien roulée dans mes petits papiers 

jinterdite de zinc, en panne

déclarée pour l'éternité

sale enfumeuse de bistrot

Ils ont vendu mes allumettes

aux joueurs de loto sportif 

à tous ceux qui grattent en cachette

en petits coups d’ongle furtifs

leurs évanescentes vignettes

 

Je suis la reine des savanes

griffes teintées de nicotine 

tapie dans la pénombre

j’attends que ta fierté s’incline

que ta belle volonté sombre

 

Pour me recoller sur tes lèvres 

te donner un baiser de fièvre 

avant de te laisser fumer 

en rêvant de reine gitane

ta bonne vieille marie-jeanne

2018