Fortune carrée

C’est un très vieux navire

avec lequel je louvoyais 

entre les îles et les brisants

qui portait mes couleurs 

quand j’allais sous le vent

comme un oiseau rêveur

C’est un pauvre galion

fait de bric et de broc

attachés au mât d’artimon

accrochés sous la hune

brigantine et grand foc 

sont carrés de fortune

et la vieille barcasse

gîte trop sur babord

mais sur ce vieux quillard

mon pavillon flottait 

entre brumes et soleil

et je prenais mon quart

entre rêves et sommeil

Alors…

avant que la mer se retire

je veux pouvoir monter à bord

affronter la mer, l’océan

fendre l’écume, repartir

avant que la coque ne casse

et que ce vieux rafiot chavire

Pour embarquer il est bien tard

et bien tard pour changer de port

Gene Ricco

Mais que peut-il y avoir de pire

qu’un bateau échoué

avant qu’il n’appareille ?

2019