Loin de toi, loin de nous

la vie m’a fait faux bond

la route était ouverte

quand j’ai passé ce pont

si je m’étais offerte

je ne savais pas d’où

 

Je me suis égarée

 

J’ai ramassé tous les cailloux

que je prenais pour des agates

je voulais voler des joyaux

je me prenais pour un pirate

je cherchais dans la boue

de l’or, et je tamisais l’eau

 

je voulais courir la fortune

je cherchais l’extase, le feu

je rêvais d’aller sur la lune

je voulais rencontrer les dieux

trouver l’étoile, le chemin

rencontrer mon destin

j’arrondissais la bouche

pour ne pas sentir le baillon 

je n’étais pas farouche 

je n’étais pas coquette

je voulais vivre mes saisons

sur un air de danse, une fête

 

je perdais la tête en folies

et mon corps en jeux interdits

je laissais s’embrumer le ciel

pour une caresse de miel

un soupir, un sommeil sans rêve 

un peu de douceur, une trève

 

j’avais oublié les étés

perdu le goût des mots

confondu soupirs et silences

et dispersé au vent mauvais

les larmes de l’absence

j’ignorais le repos

 

J’aurais aimé rentrer

M’approcher à minuit

retrouver la maison

pleurer un peu pour rien

m’allonger sur le lit 

réclamer l’abandon

peut-être m’endormir enfin

 

mais la route incertaine

effaçait les mirages

les anciennes images 

se dissipaient lointaines

irréelles, achevées

le temps était passé

 

Je me suis éloignée

Dissolutions

2019

© 2018 by catherine etchepare 

  • w-facebook
  • Twitter Clean