Me and the Devil Blues

On avait mis tout notre argent, 
tous nos espoirs, tout ton talent

pour faire un film sur la musique

de ce peuple noir d'Amérique

qui trime dans les abattoirs

de la grande ville des vents

que le L fait vaciller 

assourdissant sur son passage

les guitares et les banjos

des cols bleus qui grattent le soir

devant les cafés, en hommage

au vieux sud délaissé, au pays

à la douceur du soir tombant

sur les bords du Mississippi

et aux souvenirs lancinants

de femmes aux hanches pleines

des mauvais hommes blancs 

des croix ignées du ku-klux-klan

des champs de coton de la haine

des rires légers des enfants

il a fallu raccorder des amplis

pour entendre les mélodies

et se réfugier dans les caves

pour mieux écouter la voix grave

de Muddy Waters, du démon

qui s’appelle Robert Johnson

comme on le sait dans le delta

où les diables à l’harmonica

marquent le rythme et le tempo

en regardant couler le fleuve

rêvant de Sweet Home Chicago

et de la fin de leurs épreuves…

Chicago, tu m'as fait aimer 

les riffs fluides ou saccadés

la note bleue, le vibrato 

les accords amplifiés

les voix éraillées, les micros

les complaintes et les couplets

douze cordes, douze mesures

et quatre vers avec césure

2018