Fête foraine

shutterstock_721817491.jpg

A la fin de la semaine

mon coeur

vraiment c’est trop de veine 

quel bonheur

quelle aubaine

c’est la fête foraine

Je mettrai des talons

et ma robe à frous-frous

du rouge à joues, du fard

tu feras le loulou

avec ton beau blouson 

ou le roi des cadors

en portant ce costard

en soie bleue que j’adore

dans les autos-tampons

tu seras mon chauffeur

j’attraperai le pompon

on sera les meilleurs

sous le grand chapiteau

de vraies cartomanciennes

liront dans les tarots

qu'un jour je serai tienne

sur le stand de tir

quand tu viseras

un ours en peluche

tu ne l'auras pas

j'aurai de quoi rire

quand tu gagneras

une bague de greluche

qui ne m'ira pas

dans le train fantôme

j’aurai peur et froid

si tu es mon homme

tu seras là pour moi

sur les chaises volantes

je hurlerai de joie

car dans la tourmente

je me raccroche à toi 

au bal populaire

je serai dans tes bras

la tête à l'envers

on fera la java 

pour le radio-crochet 

tu vas déchanter

tu sais que les rengaines

me donnent la migraine

que le diable t’emporte

si tu es en retard

pour le baiser du soir

si tu me prends trop tard

tu le regretteras

je claquerai la porte

je n'ai plus de mémoire

​si tu ne m'aimes pas