Fermant très fort les yeux

j’invoque chaque soir 

un amour scandaleux

que j’ai dans ma mémoire

 

J’en garde l’obsession

érotique et charnelle  

je nourris ma passion

d’indécents rituels

 

Les odeurs, les images

me ramènent aux lieux

de nos vagabondages

et je me perds en eux

Elle me frôlait des doigts 

je baisais son visage

et mon coeur s’élançait

jusqu’au pli de ses lèvres

 

Ses petits seins tendus 

ses défenses abaissées

je la gardais tenue

contre moi, sans bouger

Elle acceptait ma loi

je me laissais aimer

et nous mêlions nos voix

dans un cri partagé

Même en pleine journée 

j’allumais la lumière

pour la voir allongée

simple dans ses manières

Décoiffée, dévêtue

et me tendant sa bouche

elle disait « veux-tu ? » 

« veux-tu que je te touche ? »

Ah ! Si je le voulais !

mon corps avait la fièvre

parmi tous mes émois

c’était le plus sauvage 

EROTICA

2020

© 2018 by catherine etchepare 

  • w-facebook
  • Twitter Clean