River song

Partons en promenade.

En cet après-midi d’automne un peu frileux

traversons la prairie puis le bois de mélèzes

empruntons le sentier qui va vers la cascade  

installés côte à côte sur les galets humides 

nous pourrons regarder un moment la rivière

égarer ses méandres et serpenter sans fin

entre les roches noires et les herbes légères

l’autre rive se fond dans la brume bleutée  

et bien que le soleil caresse encore la terre 

le fond de l’air fraîchit, il tremble doucement

peut-être faudrait-il faire un feu de brindilles

ou bien nous agiter et battre la semelle 

lever le bras, les yeux, regarder haut et loin

et jetant des cailloux d’un lancer énergique

faire frissonner l’eau, agacer ses reflets

entendre le son mat de la pierre qui tombe 

l’écouter ricocher au milieu du courant 

puis se perdre au profond, disparaître...

Mais si le ciel se couvre ou que le vent se lève 

et si nous nous lassons brusquement de jouer

lâchons prise, effritons le gravier sous nos doigts

renvoyons le au sable, éloignons-nous du bord

oublions les remous que nous avons créés

Revenons sur nos pas.

2020